Coupe du Monde (Groupe A) : la Russie écrase l’Arabie Saoudite pour le match d’ouverture (5-0)

Elle est enfin là, elle a enfin débuté. Après quatre longues années d'attente, le coup d'envoi de la Coupe du Monde 2018 a été donné hier après-midi. Le trophée Jules Rimet ayant cette année posé ses valises en terre russe, c'est la Sbornaya qui a ouvert le bal face à l'Arabie Saoudite. Si sur le papier l'affiche ne faisait pas saliver les millions de téléspectateurs présents devant leur poste de télévision, la rencontre fut animée par des buts sublimes qui ont signé de façon idéale le début de la plus belle des compétitions.


Des débuts en fanfare pour le pays hôte

Sous les yeux attentifs du président Poutine, les joueurs russes n'ont fait qu'une bouchée de leur premier adversaire du tournoi. Pourtant, les dix premières minutes furent assez décevantes, légitimant le peu d'attentes placées dans cette rencontre. Mais à la 12ème minute, Gazinski lance le match en ouvrant le score de la tête sur un centre de Golovin faisant suite à un corner russe mal repoussé par la défense saoudienne. Ce but insuffle un rythme nouveau au match qui reprend sur des bases plus satisfaisantes, jusque là avare en occasions et marqué par des lacunes techniques. Les russes accélèrent le jeu et Smolov se procure une belle occasion à la 16ème minute, finalement signalée en position de hors-jeu. L'Arabie Saoudite répond timidement à la 21ème minute sur un centre repris par Al Sahlawi qui envoie le ballon flirter avec le montant droit d'Akifeïev. Seule occasion des Aigles dans cette première période, leur match fut marqué par beaucoup d'imprécisions techniques qui les ont empêché d'inquiéter la défense russe. Malgré leur bonne conservation du ballon et leur volonté de poser le jeu, leurs contructions offensives furent gâchées par des approximations dans les transmissions. Ces pertes de balles régulières ont bien été exploitées par les russes qui se sont vite projetés vers l'avant à la récupération du ballon. Après plusieurs contre-attaques stériles, les hommes de Tchertchessov se montrent très dangereux à la 35ème minute où Golovin est stoppé in-extremis par le dernier défenseur ; c'est finalement à la 43ème minute que les hôtes doublent la marque, à l'issue d'une contre-attaque rondement menée. En quelques passes, les pensionnaires de la Luzhniki Arena se retrouvent aux abords de la surface, où Cheryshev est trouvé seul sur la gauche. Le joueur de Villareal contrôle superbement vers l'intérieur en piquant légèrement le ballon, prenant ainsi à défaut toute la défense saoudienne, avant de fusiller Al Muaiouf à bout-portant du pied gauche. L'ailier formé au Real Madrid, rentré quelques minutes plus tôt, signe là son premier but sous la tunique rouge d'un très bel enchaînement, et permet à ses coéquipiers de regagner les vestiaires avec une avance de deux unités.


Le début de la seconde période marque une baisse significative de l'intensité du match, tant au niveau du jeu que de l'engagement physique. On assiste alors à un match au rythme particulièrement faible, jusqu'à la 56ème minute lorsqu'un centre file devant les cages russes, repris au premier poteau par Al Sahlawi mais pas assez redressé pour inquiéter Akinfeïev. La Russie se contente de contrôler la rencontre en imposant un faux rythme, mais met facilement l'Arabie Saoudite en danger en accélérant le rythme quand bon lui semble. A vingt minutes du terme, les locaux se montrent de plus en plus pressants et dangereux et aggravent finalement la marque grâce à Dzyuba qui trompe le portier saoudien de la tête, sur un nouveau service de Golovin (71ème minute). Les russes continuent alors de gérer le match face à un adversaire complètement dépassé techniquement et tactiquement, et la rencontre semble se diriger vers un 3-0 net et sans bavure. Mais c'était sans compter sur le génie de Cheryshev qui, à la 92ème minute, loge le ballon sous la barre transversale d'un extérieur du pied gauche magistral et inscrit donc, le même soir que son premier but, son premier doublé en sélection. Deux minutes plus tard, au bout du temps additionnel, c'est Golovin qui sale encore un peu plus la note avec un coup-franc aux abords de la surface. Le maître à jouer de la Russie conclue le récital du soir sur une frappe d'école qui contourne le mur et plonge dans le petit filet.


Face à une équipe saoudienne trop juste techniquement pour voir ses phases de possession aboutir, la Russie s'est rassurée sur son niveau de jeu après une série de sept matchs amicaux sans victoire. Golovin et Cheryshev ont notamment su se montrer particulièrement dangereux et efficaces offensivement, mettant la défense saoudienne à rude épreuve lors des diverses incursions russes. Capable d'attendre patiemment l'erreur adverse pour contre-attaquer mais aussi de contrôler le rythme de la rencontre, la Sbornaya a montré de solides capacités qu'on ne demande qu'à voir confirmées face à une équipe d'un autre calibre.

Comments 0

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Se connecter

Pas encore inscrit ?
S'inscrire

Réinitialiser le mot de passe

Retour à
Se connecter

S'inscrire

Retour à
Se connecter
Format de votre post
Poll
Article
Interview
Video