Montpellier écrase Oyonnax et garde la tête du championnat (37-6)

Montpellier accueillait Oyonnax, pour la deuxième journée de Top 14


Une intermittence de nuages et de soleil plongeait l’Altrad Stadium dans son match, ce samedi. Sur la pelouse fraichement tondue pour l’occasion, et arrosée bien entendu, le Montpellier Hérault Rugby accueillait l’US Oyonnax, pour le compte de la deuxième journée de Top 14. Un léger vent tourbillonnant et de gros contacts rugueux, ont rythmé les 80 minutes de cette partie.

En tout début de partie, la conservation de la balle fut montpelliéraine, mais les visiteurs tiennent le choc. Une première pénalité de Pienaar ouvrira le score de cette partie, dès la 4e minute de jeu (3-0). Dans ce premier quart d’heure, les héraultais ont mis une grosse pression sur la défense adverse. Après un essai raté de peu à cause d’un malentendu entre Nagusa et Cruden, Du Plessis inscrit le premier essai de la rencontre à la 12e minute, après une touche très finement jouée, aux cinq mètres de l’USO (8-0). Les visiteurs tentent de répondre, en vain, face à la très bonne défense de Montpellier. Ils ouvriront tout de même le score grâce à une pénalité (8-3), suivi par une réponse de Pienaar, trois minutes plus tard (11-3), puis 11-6. Après un temps fort en terme de contact avec les visiteurs, qui jouent crânement leur chance, le MHR a remis la marche avant. Suite à une mêlée aux cinq mètres, Picamoles joue par le petit coté et envoie Pienaar inscrire le deuxième essai de ce match (16-6), à la 31e minute. Sur le renvoi, Nagusa manque de peu d’inscrire un nouvel essai, après avoir reçu le ballon sur un décalage. La machine montpelliéraine semblait bien lancée. Après une dernière poussée d’Oyonnax, Montpellier rentrait aux vestiaires avec cette avantage de dix points. Une première période durant laquelle le MHR se sera frotté à des contacts puissants des visiteurs, qui auront craqué par deux fois.

Dès le début de la deuxième mi temps, Montpellier a investi le camp de l’USO. Après une prise d’intervalle de Camara, les locaux sont restés proche de l’en-but. Le ballon est parvenu jusqu’à Steyn qui marque en puissance, le troisième essai des Cistes (23-6), à la 45e minute. Les locaux déroulent dans cette partie. Après de nombreuses phases proches de l’en-but, qui ont échouées sur des pénalités, le Montpellier Rugby termine sur un décalage jusqu’à Immelman, idéalement servi par Nagusa, et vient aplatir sous les poteaux, à la 54e minute de jeu (30-6). Les Cistes monopolisent le ballon, et exécutent leur jeu avec une rapidité qui permet de trouver de nombreux espaces. A dix minutes de la fin du match, le jeu semblait être plus équilibré, mais des impacts conséquents étaient toujours présents. Après une énième poussée du pack héraultais, c’est le capitaine et enfant de la maison, Louis Picamoles, qui inscrit le cinquième essai de Montpellier, à la 73e minute (37-6).

Le MHR s’impose 37-6 et garde la tête du classement de Top 14. Au total, cinq essais marqués et un nouveau bonus offensif. Après une première période accrocheuse, les montpelliérains ont véritablement mis un coup d’accélérateur en deuxième mi temps, ne laissant pas la moindre chance à Oyonnax, de marquer le moindre essai. Il faudra réaliser cette même deuxième période, le week end prochain, pour espérer ramener quelque chose de Castres.

Les réactions : 

Antoine Guillamon : Mission accomplie oui, puis le bonus c’est la cerise sur le gâteau. On va retenir le contenu, parce que c’est mieux que la semaine dernière. On tente beaucoup de choses, on s’est pas trop fait ch**r dans les rucks. On essaye de faire des lancements propres pour pouvoir jouer derrière. On essaye de poser le jeu. La mêlée s’est bien passée là mais peut être que la semaine prochaine ça se passera moins bien. On travaille là dessus. 

Vern Cotter : C’est bien d’avoir dix points. Il nous a peut être manqué quelque chose dans le jeu, mais on a pas encaissé d’essai, c’est le point positif. On a pu donner du temps de jeu aux autres, donc on est content. On sait qu’il y’a de la progression à avoir. Il y avait beaucoup d’intensité, on a serré le jeu sur les appuis aussi, c’est positif, on va analyser tout ça. 

Louis Picamoles : Y’a du boulot. Ca montre qu’on peut encore progresser et ça nous met en confiance pour la suite. Il va falloir gommer l’indiscipline et l’imprécision, mais garder l’état d’esprit et la défense. Tout part de la conquête, et on a fait une grosse performance dans ce domaine. C’est beaucoup de travail. Il y’a eu du déchet mais il y’a quand même un gros score. Mais dans le Top 14, c’est toujours très compliqué. J’avais un peu d’appréhension pour mon retour, mais ça s’est bien passé, mais j’ai eu beaucoup de déchets. Je dois rattraper mon retard.

Quentin Jacquet , article à retrouver sur sportsmontpellier.com

Quentin JACQUET
Montpellier, étudiant en IUT TC, redacteur d'articles sportifs depuis mon plus jeune âge, team MHR, page FB : Plexusport, @Plexusport

Comments 0

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Se connecter

Pas encore inscrit ?
S'inscrire

Réinitialiser le mot de passe

Retour à
Se connecter

S'inscrire

Captcha!
Retour à
Se connecter
Format de votre post
Article
Interview
Video