Comparaison des performances des moteurs en 2017

Mercedes a infligé une sacrée claque à Ferrari le week-end dernier lors du Grand Prix d'Italie à Monza, en signant un doublé sur les terres de la Scuderia, avec une avance colossale sur Sebastian Vettel (3ème) d'une trentaine de secondes à l'arrivée. Hamilton, vainqueur, avait ainsi déclaré sur le podium que sans doute possible, le moteur Mercedes était bien supérieur à ses concurrents. C'est une affirmation assez juste, mais quels sont les écarts de performances avec les autres unités de puissance présentes sous les capots en 2017 ?


Cinq moteurs différents sont présents en 2017 : Mercedes (Mercedes, Force India et Williams), Ferrari (Ferrari et Haas), Renault (Red Bull Racing, Renault et Toro Rosso), Honda (McLaren) et le power unit Ferrari version 2016 qui équipe l'écurie Sauber

Afin de constater quelle était la hiérarchie en terme de performance des différents moteurs cette saison, j'ai calculé les écarts moyens en km/h de ceux-ci, à l'aide des données rapportées chaque week-end par le site F1i. Les vitesses de pointe étudiées sont celles enregistrées lors des séances de qualification, et non celles en course afin qu'elles ne soient pas faussées par une aspiration. L'étude porte sur 11 Grand Prix (sachant qu'il y'a eu 13 GP de disputés cette saison), n'ayant pas trouvé les données de la manche inaugurale en Australie, ainsi que celles du Grand Prix d'Italie où les qualifications se sont déroulées sous la pluie. 

Voici les résultats :

- Sur 11 GP, le moteur Mercedes affiche la meilleure vitesse de pointe moyenne 9 fois, les exceptions étant le GP d'Espagne ou Ferrari devance le propulseur allemand, et au Canada ou étonnamment, le moteur Ferrari version 2016 des Sauber a été le plus véloce, probablement avec l'aide d'une monoplace fortement déchargée en aérodynamique. Pascal Wehrlein avait en effet été le plus rapide avec une vitesse de pointe de 335 km/h, 

- 10 fois sur 11, les deux moteurs les plus puissants sont les blocs Mercedes et Ferrari. 

- 6 fois sur 11 le podium est constitué du trio Mercedes / Ferrari / Renault. 

- 9 fois sur 11, le moteur Honda est le moins puissant mais semble progresser puisque le power unit nippon était le 3ème plus rapide en Belgique. Néanmoins il faut se souvenir que Stoffel Vandoorne avait offert son aspiration à Fernando Alonso ce jour là. 

- Le plus gros delta de performance est de 18.9 km/h pour le moteur Ferrari 2016 sur le moteur Mercedes lors du Grand Prix de Grande Bretagne à Silverstone. A l'inverse et sans surprise, le plus faible a eu lieu à Monaco ou les Mclaren-Honda était en moyenne 5.6 km/h moins rapide que les monoplaces équipées du moteur Mercedes. Sans compter la manche monégasque, c'est sur le Hungaroring que l'écart a été le plus petit : 310.9 km/h en moyenne pour le Mercedes contre 302.0 km/h pour le Honda (-8.9). 

Dans l'ensemble, le moteur Mercedes est comme attendu le plus puissant. Suivent ensuite avec l'écart moyen de vitesse de pointe : 2. Ferrari (-2.2 km/h), 3. Renault (-5.0), 4. Ferrari 2016 (-7.0), 5. Honda (-9.9). 

Cependant, il faut prendre ces résultats avec des pincettes car sur certains circuits le capteur de vitesse est parfois positionné bien avant que les monoplaces atteignent leur réelle vitesse de pointe maximale. Les écarts peuvent donc être plus conséquents qu'il n'y paraissent ici. 


Comments 0

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Se connecter

Pas encore inscrit ?
S'inscrire

Réinitialiser le mot de passe

Retour à
Se connecter

S'inscrire

Captcha!
Retour à
Se connecter
Format de votre post
Article
Interview
Video