OL: Bilan du mercato lyonnais

120 millions d'euros. C'est ce qu'ont rapporté les ventes de plusieurs joueurs à l'Olympique Lyonnais, dont certains cadres de la formation rhodanienne. Un été mouvementé au terme duquel 17 joueurs auront quitté l'effectif de Bruno Génésio, remplacés par 10 arrivants.


Des départs majeurs

C'était dans l'air depuis quelques temps, et ce fut officialisé au début du mois de juillet : Lacazette a quitté la capitale des Gaules pour rejoindre Arsenal. Arsène Wenger n'hésita pas à employer les grands moyens pour enrôler l'attaquant tricolore, avec un accord à hauteur de 60 millions d'euros dont 7 millions de bonus. Réalisant ainsi la plus grosse vente de son histoire, l'Olympique Lyonnais montre par la même occasion l'efficacité de sa formation tant sur le plan économique que sur le plan sportif, Lacazette étant le recordman de buts marqués par un joueur de l'OL en Ligue 1 avec 28 réalisations sur l'exercice 2016/2017. Le fer de lance de l'attaque rhodanienne quitte donc le cocon lyonnais, à l'instar de son coéquipier et ami Corentin Tolisso, qui a rejoint le Bayern Munich au début du mercato pour la bagatelle de 41,5 millions d'euros. Transfert le plus coûteux de l'histoire du club bavarois, Tolisso laissera également un vide au sein de l'effectif lyonnais. A travers ces 2 transactions, Lyon montre une fois de plus la qualité de l'Academy OL et accroît sa reconnaissance à travers toute l'Europe.


Jean-Michel Aulas laisse donc filer 2 de ses meilleurs éléments en réalisant une plus-value de 100 millions d'euros. Mais alors, ce montant sera-t-il réutilisé en grande partie par l'Olympique Lyonnais, peu habitué à réaliser des folies sur le marché des transferts ces dernières années ? Nécessairement oui, car si les transferts de Lacazette et Tolisso ont marqué l'actualité sportive par leurs montants importants, ils ont également initié une importante vague de départ.


Le 13 juin, l'Olympique Lyonnais officialisait la signature de Mathieu Valbuena à Fenerbahce pour 3,5 millions d'euros, premier d'une longue liste. Jordi Gaspar (fin de contrat, Monaco), Gaëtan Perrin (prêt, Orléans), Maxime D'Arpino (prêt, Orléans), Jean-Philippe Mateta (prêt, Le Havre), Maciej Rybus (1,75M , Lokomotiv Mosocu), Christophe Jallet (fin de contrat, Nice), Fahd Moufi (prêt, Tondela), Aldo Kalulu (prêt, Sochaux), Olivier Kemen (prêt, Gazelec Ajaccio), Emmanuel Mammana (15,75M €, Zenit) mais aussi et surtout le capitaine Maxime Gonalons (5M €, AS Roma) ont tous quitté le septuple champion de France durant le mois de juillet, imités par Nicolas Nkoulou (prêt avec O.A., Torino), Romain Del Castillo (prêt, Bourg-Péronnas), Rachid Ghezzal (fin de contrat, Monaco) et Sergi Darder (prêt avec O.A., Espanyol) au mois d'août. Si certains transferts étaient attendus, comme celui de Gonalons ou le prêt de jeunes joueurs, le départ de Mammana fut une surprise pour les supporters lyonnais. Recruté l'été dernier et présenté comme un grand espoir du football argentin, le défenseur central n'aura que trop peu convaincu le club et ses dirigeants pour résister à l'offre du club russe. Affichant une qualité de relance nettement supérieure à ses coéquipiers, malgré une certaine irrégularité à l'image de toute la défense lyonnaise, Emmanuel Mammana apparaissait pourtant comme un joueur ayant une importante marge de progression et pouvant jouer un rôle clé au sein de l'effectif rhodanien pour les saisons à venir. Un sentiment de frustration ressort de ce transfert, la même frustration que lorsque, peu avant la clôture du marché des transferts, l'OL annonce le départ de Sergi Darder à l'Espanyol Barcelone en prêt assorti d'une option d'achat de 8M €. Le jeune milieu espagnol, bien que considéré par beaucoup comme un grand espoir du football ibérique, aura alterné le bon et le moins bon sous les couleurs lyonnaises, brillant par sa vision du jeu et ses passes millimétrées mais trop souvent battu dans les duels. Malheureusement trop irrégulier pour palier sa réticence à aller au contact, Sergi Darder aura donc passé 2 saisons chez les Gones. De son côté, le départ de Maxime Gonalons était attendu depuis plusieurs saisons et ne constitue pas une surprise. Cependant, même malgré une baisse de son niveau depuis 2 saisons, « Captain' Max » était un élément très important du vestiaire lyonnais, et Bruno Génésio devra se mettre rapidement en quête d'un nouveau leader, capable de tirer tout un groupe vers le haut.

Mathieu Valbuena est également une perte non négligeable pour l'OL, tant il fut précieux notamment lors des matchs importants grâce à sa rage de vaincre accompagnée de ses diverses qualités techniques. Quant à Nicolas Nkoulou et Rachid Ghezzal, leurs départs sont les conséquences de leurs performances souvent décevantes, même si dans le second cas le facteur le plus important reste le désaccord sur une prolongation de contrat. L'ancien marseillais n'a jamais fait l'unanimité du côté du Parc OL, et l'international algérien peine quant à lui à retrouver le niveau qui était le sien lors de la saison 2015/2016.


Ces départs de plusieurs joueurs cadres pourraient laisser place au doute sur la capacité de l'OL à les remplacer par des joueurs tout aussi talentueux. Mais si beaucoup de joueurs quittèrent le vestiaire lyonnais, un nombre tout aussi important prit le chemin inverse.

Des arrivées séduisantes

Désireux de combler les départs tant quantitativement que qualitativement, la cellule de recrutement de l'OL se montra rapidement très active. Accueillant dans un premier temps des joueurs de retour de prêt avec Louis Nganioni et Clément Grenier pouvant apporter davantage de concurrence au sein de l'équipe rhodanienne, Jean-Michel Aulas et ses proches collaborateurs se mirent rapidement en quête d'un nouvel attaquant de pointe pour palier le départ de Lacazette, ainsi que d'un attaquant droit, poste assez peu fourni du côté lyonnais. Et les officialisations s'enchaînèrent assez rapidement avec la signature de l'ailier burkinabé de Chelsea prêté à l'Ajax Amsterdam Bertrand Traoré suivi par l'attaquant dominicain Mariano Diaz en provenance du Real Madrid. Respectivement arrivés pour 10M € et 8M €, ces 2 joueurs âgés de 21 et 24 ans s'inscrivent dans la politique de recrutement lyonnaise, visant à faire briller de jeunes espoirs européens souvent barrés par la concurrence dans leurs clubs. Très en vue lors de la double confrontation entre Lyon et l'Ajax en Ligue Europa, Traoré a déjà rempli de certitudes la plupart des supporters lyonnais. Cependant, Mariano Diaz a quant à lui eu du mal à faire parler de lui outre-Pyrénées. Souffrant d'une concurrence féroce à son poste au Real Madrid, il n'a joué que 14 matchs avec l'équipe première pour un total de 5 buts. Malgré cela, on sait de lui qu'il a un profil d'attaquant puissant physiquement, doté d'un bon sens du but et du placement mais participant peu à la construction du jeu, au contraire d'Alexandre Lacazette. Mariano Diaz aura donc tout à prouver s'il veut remplacer durablement l'ancien attaquant lyonnais.

Afin de renforcer le côté gauche de la défense, Rybus étant alors en instance de départ et Morel repositionné dans l'axe, l'OL engage le brésilien Fernando Marçal en provenance de Benfica pour 4,5M € ainsi que le jeune et prometteur Ferland Mendy pour 5M €. Marçal, prêté la saison passée à Guingamp, fut un des meilleurs éléments de l'équipe bretonne et ne manqua pas de taper dans l’œil de bon nombre de clubs. Quant à Ferland Mendy, il est considéré par beaucoup comme un des plus grands espoir français à son poste, et était notamment courtisé par le PSG. Reste maintenant à savoir si ces 2 nouvelles recrues sauront avoir l'impact escompté sur le côté gauche de la défense lyonnaise, poste régulièrement désigné comme un des points faibles de l'OL ces dernières saisons.

Mais si le côté gauche fut souvent critiqué, c'est pourtant toute la défense lyonnaise qui avait besoin de renouveau. Gros point faible de l'équipe dû à des recrues qui peinent à s'imposer et à une charnière type qui ne se dégage pas, l'axe de la défense fut renforcé par un joueur d'expérience et puissant physiquement en la personne de Marcelo, arrivé du Besiktas Istanbul pour 7M €. L'OL recrute ainsi un défenseur qui s'était présenté face aux attaquants des Gones, s'étant notamment fait remarquer pour ses qualités dans le jeu aérien qui seront certainement précieuses dans une défense qui manque cruellement de sérénité et de sûreté. Et une fois n'est pas coutume, Lyon recrute un arrière droit aperçu lors de la demi-finale aller de la Ligue Europa face à l'Ajax : Kenny Tete. Peu en vue lors de la rencontre, le hollandais de 21 ans arrivé pour 4M € sera mis en concurrence avec Rafael afin de palier le départ de Christophe Jallet qui signera à l'OGC Nice quelques jours plus tard.

Enfin, l'Olympique Lyonnais se montra particulièrement actif dans les derniers jours du mercato, avec la signature de deux milieux de terrain entre le 29 et le 31 août. Ainsi, l'espagnol Pape Diop (20 ans) rejoins la capitale des Gaules pour 10M € en provenance du Celta Vigo, imité par le français Tanguy Ndombèlé (20 ans) arrivé d'Amiens en prêt, avec une option d'achat fxée à 12M €. Recrutés pour densifier le milieu de terrain, Diop et Ndombèlé présentent des qualités distinctes, l'espagnol ayant un profil plus athlétique alors que l'ancien amiénois compte d'avantage sur ses prouesses techniques.


Avec 10 arrivants dont 8 nouveaux joueurs, l'Olympique Lyonnais semble avoir palier les départs de ses joueurs, du moins sur le plan quantitatif. Des recrues assez séduisantes et arrachées à des bons prix qui auront cependant la lourde tâche de remplacer des cadres de l'équipe partis cet été. Si l'on ne doute que très peu sur les qualités individuelles de ces nouveaux Gones, reste désormais à savoir si Bruno Génésio parviendra à mettre en place un collectif assez fort pour permettre à l'OL de retrouver la Ligue des Champions. Mais au delà de la qualité des recrues, il faut relever une chose de ce mercato lyonnais : les purs produits rhodaniens comme Umtiti, Lacazette, Tolisso et Gonalons s'en sont allé, et personne ne sait combien de temps encore resteront Anthony Lopes ou encore Nabil Fekir. Une chose est sûre : cet été une page s'est tournée à Lyon, et un cycle semble toucher à sa fin.


Comments 0

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Se connecter

Pas encore inscrit ?
S'inscrire

Réinitialiser le mot de passe

Retour à
Se connecter

S'inscrire

Captcha!
Retour à
Se connecter
Format de votre post
Article
Interview
Video