Ligue des Champions (Groupe H): Tottenham surclasse le Real Madrid (3-1)

Le Real Madrid a connu ce soir son premier revers de cet exercice 2017/2018, et laisse filer Tottenham en tête du groupe H et par la même occasion en huitièmes de finale. Trois jours après la défaite 2-1 en Liga face au modeste promu Gérone, les Merengue poursuivent leur série de mauvais résultats et semblent s'approcher d'une crise inévitable.


Un Tottenham des grands soirs !

L'entame de match fut assez compliquée pour Tottenham, mais très vite les locaux ont su prendre le contrôle de la rencontre tout en s'approchant dangereusement de la surface madrilène, malgré quelques erreurs dans le dernier geste. De leur côté, les hommes de Zidane montrent un visage totalement différent du Real Madrid irrésistible de l'année dernière. La construction du jeu est délaissée au profit de passes trop imprécises visant à casser les lignes, et les Merengue semblent vouloir se précipiter à l'assaut de la cage des Spurs. De plus, les quelques centres des latéraux Marcelo et Hakimi ne sont pas assez ajustés pour pouvoir espérer inquiéter la défense londonienne ; dans l'axe du terrain, Kroos et Modric semblent à la peine dans ce dispositif en 4-4-2 losange. Les attaques de Tottenham prennent facilement de vitesse les coéquipiers de Cristiano Ronaldo, et c'est donc en toute logique que Dele Alli ouvre le score à la 27ème minute sur une très belle action collective : une superbe ouverture dans le dos de la défense vient trouver Trippier, alors en position de hors-jeu non signalée, qui centre en première intention à ras de terre devant le but et offre à Dele Alli son premier but de la saison en Ligue des Champions. Les champions d'Europe ont alors un sursaut d'orgueil et se réveillent, se procurant plusieurs occasions dangereuses par l'intermédiaire de Casemiro ou de Cristiano Ronaldo, peu en vue jusqu'à présent. Ces assauts répétés empêchent Tottenham de ressortir proprement le ballon ; pourtant, quelques minutes plus tard, la tendance se renverse et les locaux reprennent le contrôle du match tandis que le Real Madrid joue par à-coups. Les Spurs se procurent ainsi une nouvelle occasion de but sur une reprise de volée de Kane avant que l'arbitre ne siffle la mi-temps. Au retour des vestiaires, Tottenham garde la possession du ballon et prend le temps de construire ses actions alors qu'à l'inverse les visiteurs poussent toujours en quête de l'égalisation. Les coéquipiers d'Hugo Lloris parviennent à doubler la marque à la 56ème minute grâce au second but de Dele Alli. Les Merengue se livrent alors en attaque et pêchent dans la construction de leurs actions mais ont quelques opportunités ; cependant, les hommes de Pochettino sont très habiles en contre, et après quelques avertissements, les madrilènes sont punis par Eriksen qui, à la suite d'une contre-attaque d'école, aggrave le score à la 65ème minute. Le Real Madrid tente alors de réagir, mais Karim Benzema et Cristiano Ronaldo, associés à la pointe de l'attaque, sont quelque peu livrés à eux-mêmes et ne parviennent pas à faire la différence seuls. Tottenham se contente de gérer la rencontre face à des Merengue qui ne montrent plus aucune conviction. Plus rien ne bouge dans le match jusqu'à la réduction du score de Ronaldo, qui donne un nouvel élan à son équipe. Malheureusement pour la Maison Blanche, leurs tentatives, souvent lointaines, échoueront toutes, et l'arbitre donne le coup de sifflet final. Tottenham réalise ainsi une superbe opération en assurant sa qualification pour le tour suivant tout en montrant un niveau de jeu particulièrement séduisant et efficace, tandis que les hommes de Zidane devront se remettre en question afin d'éviter une crise qui semble se rapprocher dangereusement.

Des choix tactiques discutables

Si ses joueurs n'ont pas été au rendez-vous ce soir, on peut également s'interroger sur les choix tactiques de Zinédine Zidane. En effet, le dispositif en 4-4-2 losange ne semble pas tout à fait adapté à l'effectif du Real Madrid, du moins pas encore. L'équipe paraît coupée en deux blocs : d'un côté les joueurs à vocation purement offensive à savoir Karim Benzema, Cristiano Ronaldo et Isco, et de l'autre le reste de l'équipe. Seulement, la transition du ballon entre ces deux blocs peine à se faire lors des phases offensives ; les deux architectes du milieu de terrain madrilène, Modric et Kroos, semblent poussés en retrait par le positionnement d'Isco en meneur de jeu et ne bénéficient pas du volume de jeu qu'ils avaient l'an passé. De ce fait, ils ne parviennent pas à jouer leur rôle de passeur décisif. De plus, leurs positionnements très rapprochés restreignent d'avantage leur liberté d'action sur le terrain et limitent les renversements de jeu qui ont fait leur force lors de la campagne 2016/2017. Ils ne sont pas assez espacés pour aérer le jeu et semblent quelques fois se marcher dessus. De ce positionnement en retrait des deux métronomes découle un isolement problématique des trois joueurs offensifs, qui sont bien souvent obligés de faire seuls la différence, là où le 4-3-3 offrait d'avantage de solutions au porteur du ballon.

Lors des phases défensives, l'écart entre les deux blocs s'intensifie et cela créé des espaces préjudiciables au Real Madrid. En effet, étant les seuls joueurs de couloirs sur le terrain, les latéraux Marcelo et Hakimi doivent multiplier les efforts offensifs et manquent parfois de vigueur et d'énergie dans le repli défensif.

Zinédine Zidane a aussi effectué des ajustements tactiques contestables. En début de seconde période, le repositionnement de Casemiro en défense centrale, visant à soulager les latéraux lors des phases défensives, a en réalité accentué les difficultés de Kroos et Modric qui n'avaient plus de soutien défensif dans le cœur du jeu. De plus, les remplacements n'ont pas changé la dynamique du match et le choix de sortir Karim Benzema, un des meilleurs madrilène sur la pelouse, est difficilement compréhensible.


Si tout semblait sourire à Zidane depuis son arrivée sur le banc du Real Madrid en janvier 2016, la première crise semble pointer le bout de son nez. C'est donc dans les prochaines semaines que l'on verra si l'ancien meneur de jeu des Bleus saura gérer cette situation délicate tant sur le plan tactique que dans la gestion de ses troupes, et s'il est réellement le grand entraîneur que l'on croit.

Comments 0

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Se connecter

Pas encore inscrit ?
S'inscrire

Réinitialiser le mot de passe

Retour à
Se connecter

S'inscrire

Captcha!
Retour à
Se connecter
Format de votre post
Article
Interview
Video